• CMT

WOOLF JULIET

Mis à jour : 22 avr. 2020


SUR LE TOIT DU MONDE


1)La beauté sauvage de la chaîne himalayenne aux pentes abruptes creusées de vallées profondes se révèle dans une brume légère , des montagnes pures éblouissantes, des sommets enneigés , le mont Everest la tête perdue dans les nuages , tout est éclaboussé par la lumière du soleil levant, ça et là couchés dans la steppe quelques yaks ruminent les premières fleurs du printemps ,les naseaux fumants dans le froid du petit matin... le temps semble suspendu...


2)Céline arrivée la veille au village de SHALU émerge doucement de sa nuit , dans la chaleur lourde de la yourte flotte un parfum de galettes cuites et de thé, ses yeux sont encore lourds de sommeil , elle aperçoit CHOPKA sa femme et leurs enfants assis autour du poêle , ils l'invitent à partager le repas du matin, tous se serrent dans une joyeuse pagaille pour lui faire une place sur le tapis élimé. La galette de seigle généreusement tartinée de beurre de yak, le thé brûlant l' aident à se réveiller elle se laisse inonder par la joie d'être là , elle sent profondément qu'elle est à sa juste place .« Comment se fait il CHOPKA que vous parliez si bien le français» demande Céline entre deux bouchées .«Avant de rencontrer celle qui allait devenir ma femme j' ai vécu 3 ans dans le sud de la France pour m'initier à vos modes de cultures , le village de SHALU est pauvre, nous vivons ici en autarcie totale la culture et l'élevage nous permettent de vivre, nous avons peu de besoins»«Et vous Céline qu'est ce qui vous amène chez nous?»«Le grand projet du MANDALA au monastère de SHALU je suis invitée à y participer par le moine KALOU lui même » .Réconfortée par le thé la galette et la joie de participer à ce projet elle se love dans ce doux sentiment comme une chrysalide dans son doux cocon . Les enfants sont l'âme de la yourte , ADONG 8 ans , KUNGA 6 ans et demi , GAWA 5 ANS , et Yang la sœur aînée une fillette de douze ans tous rieurs , joyeux , enthousiastes. Yang aide les plus petits à s'habiller chaudement, ils sortent avec leur père pour s'occuper des troupeaux, sa femme rangera la yourte avec l'aide de Yang et de Céline .


3) L'après midi chacun accompliT sa part de travail quotidien , les femmes cardent ou filent la laine , les enfants tout en surveillant les troupeaux , glanent du bois pour la veillée , les hommes tondent les moutons s'entraînent au lasso , ou tannent les peaux, Céline passe d'un groupe à l'autre afin d'apprendre leur pratiques et ainsi s'ancrer dans leur quotidien. Puis vient le temps du jeu , assise dans la steppe , sous un pâle soleil de mi Avril, les enfants s'attroupent autour d'elle , avec eux les mots ne sont pas nécessaires les mimiques et la gestuelle sont efficaces et ludiques . Jamais lassés de toucher ses cheveux blonds , sa peau claire , de se noyer dans son regard bleu comme les lacs de nos montagnes, c'est CHOPKA qui l'a dit! Tous ,jeunes , adultes, anciens , vivent en parfaite harmonie il émane de leurs yeux rieurs une joie inaltérée , communicative.Les enfants se lancent dans une ronde endiablée , Céline leur chante des comptines , leur apprend Colin Maillard , ils l'entraînent dans des fous rires sans fin , les adultes s'associent au délire ambiant en frappant en rythme dans leurs mains , exténuée elle se laisse choir mollement, les enfants s 'abattent sur elle comme un vol d'étourneaux désordonné , dans l'hilarité générale... un pur moment de bonheur. Dans le crépuscule finissant les hommes élèvent la voix pour rassembler les troupeaux, l'écho de leurs appels rebondi à l'infini entre les sommets , c'est étrange..! L'enclos fait d'un cercle de pierres surélevé , protège les animaux des prédateurs audacieux qui rôdent la nuit près des yourtes . Autour d'un grand feu pétillant d'étincelles piquantes et colorées, accroupis au sol , chacun rempli son bol d'une soupe épaisse , brûlante, revigorante. La veillée sera courte tous et toutes sont épuisés ou recueillis sous un ciel magnifiquement étoilé , d'un bleu profond...une invite à la méditation .Les animaux soupirent dans leur sommeil , les anciens palabrent à voix feutrée dans la tiédeur de la yourte ou les enfants s'endorment bercés par le chant de leur aînée. Céline ne va pas tarder à les rejoindre, ses yeux sont lourds de sommeil et c'est si bon!


4) En route pour le monastère de SHALU ou elle à rendez vous avec LAMA KALOU , chemin faisant elle bavarde avec ADONG qui lui a été confié par la famille afin d'intégrer le monastère

«- Alors ADONG es tu heureux de vivre au monastère?»

«- C'est un honneur et une grande chance »

« - Qu'attends tu de cette nouvelle vie ? »

«Je n'attends rien , j'accueille ce qui vient , je m'adapte » Céline est surprise par cette réponse .

«- Comment fais tu pour être aussi sage?»

Dans un grand éclat de rire ADONG lui répond: « - Je ne le suis pas ...je vais le devenir!

Décidément cet enfant est déconcertant pour une occidentale fraîchement débarquée sur le Toit du Monde.

«- Rentres tu au monastère dans le but de devenir moine ADONG ? « - Ce n'est pas mon souhait dans l'immédiat , les moines m'accueillent pour soulager ma famille , pour m'aider dans mes études pour m'aider aussi à trouver mon chemin spirituel car je veux être médecin, je veux étudier dans ton pays .Ils m' ont demandé quelle était ma motivation, je leur ai fait par de mon intention , le diplôme obtenu , de revenir dans mon pays pour soigner mon peuple , dans ce cas ils m'ont dit nous financerons tes études .

« -... et tu habiteras chez moi dit Céline enthousiaste ! »

«- Avec plaisir Céline , imagine ma joie , ma meilleure preuve de gratitude sera ma réussite et je réussirai ! Céline est sous le charme, tant de détermination force son admiration il est si attachant .

«- Je ne doute pas de ta réussite ADONG , ou sont tes amis?

« - Certains sont au monastère nous serons ensembles pour la durée de nos études à SHALU .

Arrivés au monastère de style chinois avec ses belles tuiles vernissées vertes et jaunes ils sont accueillis par un jeune moine qui leur souhaite la bienvenue , ils traversent de nombreuses pièces vivement colorées de belles fresques anciennes , le parfum entêtant de l'encens est omniprésent . ADONG est invité à rejoindre son groupe , ils se quittent sur un sourire complice , il part à la recherche de son chemin spirituel , elle va vers l'inconnu , nous nous reverrons ici c' est une grande famille ! S'avance vers elle un moine de haute stature , d'une grande prestance , à l'air affable « - Bienvenue au monastère de SHALU Céline, lui dit il dans un français impeccable. Il l invite à s'asseoir sur le tapis de sol . « - merci de m'inviter dans votre projet LAMA KALOU votre bienveillance me touche »

KALOU me regarde d'un air concentré …

« - Comme vous le savez ce projet de dessiner un MANDALA de quatre mètres sur quatre sur le sol de la grande salle de prières , a été mûrement réfléchi et accepté par tous avec enthousiasme malgré l'investissement humain que cela représente . Le MANDALA, Céline est un cercle qui représente l'Univers , il est un support pour la méditation , ses couleurs sont symboliques c'est pourquoi nous fabriquerons nous même nos pigments à partir de plantes et de fleurs que nous cueillerons dans nos montagnes» . Elle ne perçoit pas encore de quelle façon elle sera impliquée dans le projet, une phrase passe dans sa tête … NE RIEN ATTENDRE … VIVRE CE QUI VIENT … S'ADAPTER...merci ADONG !!... Quelque chose se dénoue en elle… « - La nuit arrive très vite à cette altitude , je vous conseille de vous mettre en route sans tarder pour la yourte de vos hôtes , je vous dis à demain pour l'organisation des équipes et peaufiner notre projet »

Sur le chemin du retour accompagnée par le chant des drapeaux de prières qui claquent au vent léger du soir finissant , la tête pleine de couleurs de cercles et de rêves Céline écoute crépiter les premières étoiles son avenir est désormais porteur d'une autre vie...



lucile

9 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

perec / eynaud / sarraute

PEREC/EYNAUD/SARRAUTE « CLAP » Station Denfert-Rochereau, mardi 25 octobre, 8h15, - camera plongeante sur le quai bondé. Une foule attend le RER, masse plutôt sombre dans la lumière vive et glauque de

Atlan Quignard

Deuxième ouverture : l'émotion choisie : la joie Sylviane est d'une compagnie très agréable, car elle à tendance à positiver les événements, les circonstances de la vie. Elle voit toujours le bon côté

ATLAN QUIGNARD

LA COUPE Une vieille maison de pierre à flanc de coteau cachée dans une sapinière, elle apparait au détour du chemin .Une unique porte en bois s’ouvre sur la façade .De vagues traces de peinture bleu