Les marais


Les roseaux occupaient l’horizon à perte de vue .C’était une végétation qui poussait essentiellement dans un milieu humide, au bord des ruisseaux, des mares, des petits étangs .Ce lieu avait un charme particulier un peu envoûtant, surtout les matins brumeux. Il fallait prendre garde où l’on marchait et les nuits de pleine lune personne ne s’y hasardait.

Quand Milly voyait son père revenir des marais lourdement chargé de roseaux, elle savait que le temps de la rêverie était révolue. Il lui fallait quitter l’ombre protectrice du tilleul sous lequel elle s’allongeait et rejoindre sa mère et ses frères pour aider le père. Lui ôter son fardeau d’abord puis traîner les roseaux jusqu’au ruisseau. Là ils trempaient plusieurs jours et puis il fallait les préparer. Cet ouvrage rebutait particulièrement Milly. Elle restait debout dans l’eau froide jusqu’à mi-cuisse pendant des heures. A cause de ce travail dur et ingrat, ses mains n’avaient plus de rien de féminin. Quel avenir pour une jolie fille de son âge que de rester dans ce pays plat et humide où tout le village vivait de la vannerie? Trainant les pieds et soupirant, Milly rejoignait sa famille en se promettant de trouver le moyen d’échapper à ce destin d’une façon ou d’une autre.

Quand Julien Turner arriva au village et qu’elle le vit pour la première fois, Milly en perdit le souffle. Progressivement elle perdit aussi le sommeil et l’appétit. Ce jeune diplômé ingénieur faisait un voyage d’études portant sur la culture de l’osier et la vannerie. Il s’était adressé au père de Milly qui avait une grande expérience. Il parlait d’un projet au bout du monde,en Afrique, un continent dont elle ne soupçonnait pas l’existence. Il usait de mots étrangers qui la faisaient rêver d’un autre destin.

Elle voyait souvent Julien quand il venait à la maison pour parler avec son père et parfois mangeait avec la famille. Le père s’amusait de la situation car il avait remarqué la gêne qui s’était installée entre les deux tourtereaux. Elle était jeune et jolie, Julien en tomba facilement amoureux et se déclara rapidement. Milly fut prise d’un vertige tant la joie la submergea.

Milly et Julien s'étaient installés à N'gessi. Ils avaient eu des enfants mais un seul avait survécu. Richard Turner fort des qualités intellectuelles de son père et de la ténacité de sa mère avait réussi dans les affaires. Il possédait un grand domaine qui rapportait beaucoup d’argent. Bon gestionnaire mais très dur avec ses employés autochtones qu’il n’hésitait pas à châtier quand un problème survenait. Responsable d’une association de colons, il s’imaginait finir sa vie comme gouverneur de la région avec pour secrétaire sa femme Mary. Elle qui admirait tant son époux le confortait dans sa vision de l’avenir. Même dans les décisions les plus dures elle le soutenait de toute son énergie car rien ne comptait plus que la vie des blancs. Lui se voyait avec toujours plus d’argent et de pouvoir. Il s’imaginait vieillir en bonne santé avec son épouse si belle et dynamique. Ils étaient heureux et rien ne pourrait empêcher le bonheur de continuer à s’épanouir. Richard disait à sa femme " Les gens riches et puissants ne peuvent connaitre le malheur."

De notre correspondant particulier : "Mary Turner, épouse de Richard Turner, fermier à N’gessi a été trouvée assassinée hier matin dans la véranda sur le devant de la maison. Le domestique qui a été arrêté avoue être l’auteur du crime dont les mobiles n’ont pas encore été découverts. On présume que le meurtrier a agi poussé par la cupidité.

Bien que le journal ne fit aucun commentaire, le fait divers sous son titre sensationnel, ne dut pas manquer d’attirer l’attention de nombreux lecteurs dans le pays tout entier mais l’indignation qu’ils éprouvèrent n’était pas exempte d’une sorte d’obscure satisfaction à voir les faits leurs donner raison : n’avaient-ils pas depuis longtemps prévu le drame qui venait d’éclater ? Tel est le sentiment des blancs chaque fois qu’un indigène vole, assassine ou commet un viol. Et la page fut tournée.

21 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout